Facteurs environnementaux et réponse thérapeutique

De nombreux facteurs environnementaux sont rapportés comme facteurs déclenchants ou aggravants des pathologies inflammatoires, tel que le tabac, l’alimentation ou la pollution.

Pour évaluer la réponse thérapeutique en prenant un compte ces facteurs environnementaux, EpiDermE a développé des collaborations avec des études de cohortes nationales comme Constances ou l'étude Nutrinet Santé.

Association entre l'acné de l'adulte et les comportements alimentaires :
résultats de l'étude de cohorte NutriNet-Santé

L'acné est une maladie inflammatoire chronique et multifactorielle. La consommation de produits laitiers, d'aliments gras et sucrés comme facteur influençant la survenue, la persistance ou la sévérité de l’acné est débattue.

L’objectif principal de l’étude était d’évaluer le lien entre l’alimentation et la présence de l’acné chez l’adulte.

Étude transversale à partir des données de la cohorte NutriNet-Santé (E-cohorte, lancée en France en mai 2009 qui inclut de façon prospective une large population d’adultes). Les cas d’acné ont été identifiés à partir d’un auto-questionnaire soumit du 14 novembre 2018 au 8 juillet 2019, à l’ensemble de la cohorte. Nous avons divisé les "nutrinautes" en 3 groupes : acné toujours présente, acné résolue et absence d'acné, afin de comparer leurs consommations alimentaires et leur apport nutritifs. Les prises alimentaires étaient recueillies pour chacun des groupes à l’aide de la moyenne de consommation par aliments et nutriments sur au moins trois enquêtes alimentaires (une enquête alimentaire équivalant à trois recueils de 24 heures). Différentes variables potentiellement confondantes telles que facteurs socio-démographiques (âge, sexe, activité physique, Indice de Masse Corporelle (IMC), tabac, niveau d’études), antécédents cardiovasculaires, cancer, diabètes et dépression étaient prises en compte dans les modèles multivariés de régression logistique multinomiale.

Un total de 24 452 participants [moyenne ± âge de l'écart type: 57 ans ± 14; 18 327 femmes (75%)] ont répondu au questionnaire sur l'acné et rempli au moins trois fiches de suivi alimentaires. De ce nombre, 11 324 personnes (46%) ont signalé une acné passée ou actuelle. Après ajustement, il y avait une association positive significative entre l'acné actuelle et la consommation de produits gras et sucrés (Odds ratio ajusté [Intervalle de Confiance (IC) à 95%] = 1,54 [1,09-2,16]), boissons sucrées (1,18 [1,01-1,38]) et le lait (= 1,12 [1,00-1,25]). De manière constante, un régime alimentaire dense en énergie (consommation élevée de produits gras et sucrés) était associé à l'acné actuelle (1,11 [1,05-1,18]). Après ajustement, en analyse en composantes principales, les adultes souffrant d'acné actuelle se sont avérés moins susceptibles d'avoir un régime alimentaire "sain" ([Odds Ratio ajustés (ORa)] [IC à 95%] = 0,88 [0,83-0,94], p = 10-4) et plus susceptibles avoir un régime alimentaire "gras et sucré".

 

 

Au vu des résultats et des mécanismes supposant l’implication de l’alimentation occidentale sur le développement de l’acné, une alimentation à charge glycémique normale pourrait être proposée pour prévenir l’apparition ou le maintien de l’acné à l’âge adulte.

Étude réalisée dans le cadre d’une thèse de doctorat de Santé publique et recherche clinique (Lætitia Penso)

Association entre le régime alimentaire méditerranéen anti-inflammatoire et la sévérité du psoriasis :
résultats de l'étude de cohorte NutriNet-Santé

Le psoriasis est une maladie inflammatoire chronique. Il a été démontré que le régime méditerranéen réduit l'inflammation chronique et a un effet positif sur le risque de syndrome métabolique et d'événements cardiovasculaires. Ainsi, nous avons émis l'hypothèse d'un effet positif de ce même régime dans l'apparition et/ou la gravité du psoriasis.

Évaluer l'association entre un score (MEDI-LITE) qui reflète l'adhésion à un régime méditerranéen et l'apparition et/ou la sévérité du psoriasis.

NutriNet-Santé (E-cohorte, lancée en France en mai 2009 qui inclut de façon prospective une large population d’adultes). Les patients atteints de psoriasis ont été identifiés via un auto-questionnaire en ligne validé, puis classés en : psoriasis sévère, psoriasis non sévère et groupe sans psoriasis. Des données sur l'apport alimentaire (y compris l'alcool) ont été recueillies au cours des 2 premières années de participation à la cohorte pour calculer le MEDI-LITE (allant de 0 pour non-observance à 18 pour une adhérence maximale). Des variables potentiellement confondantes (âge, sexe, activité physique, Indice de Masse Corporelle (IMC), tabagisme, antécédents de maladie cardiovasculair) ont également été enregistrées. Les analyses ont utilisé une régression logistique multinomiale ajustée [Odds Ratio ajustés (ORa)] pour estimer le risque d'avoir un psoriasis sévère ou un psoriasis non sévère par rapport aux patients sans psoriasis.

 

 

Un total de 35 735 sujets (23%) sur les 158 361 participants à NutriNet-Santé ont répondu au questionnaire sur le psoriasis [âge: 47,5 ans ± 14; 27 220 femmes (76%)]. Parmi ceux-ci, 3557 (2%) personnes souffraient de psoriasis. Le psoriasis était modéré à sévère dans 878 (24,7%) cas, et 299 (8,4%) cas incidents ont été enregistrés. Après ajustement sur les facteurs de confusion, il y avait une relation inverse significative entre le score MEDI-LITE et le psoriasis sévère (Odds Ratio (OR) [Intervalle de Confiance (IC) à 95%])= 0,71 [0,55-0,92] et 0,78 [0,59-1,01] pour le MEDI- Le deuxième tertile du score LITE (score de 8 à 9) et le troisième tertile (score de 10 à 18), respectivement.

Les patients atteints de psoriasis sévère ont affiché de faibles niveaux d'adhésion au régime méditerranéen : cette constatation soutient l'hypothèse selon laquelle le régime méditerranéen ralentit la progression du psoriasis. Si ces résultats sont confirmés, l'adhésion à un régime méditerranéen doit être intégrée dans la prise en charge de routine du psoriasis modéré à sévère.

Découvrez les autres travaux scientifiques

Retour en haut